Dans un environnement froid et hostile, où les structures migrent, se transforment et transgressent, les artistes explorent leur désir d’émancipation et leur capacité à affecter et à être affecté. Les influences des différents environnements convergent, apparaissent et réapparaissent dans différents contextes, elles dérivent, se modifient et se métamorphosent en quelque chose de nouveau.

La chorégraphe Shi Pratt présente une société déshumanisée, où l’individu, en charge de son propre patrimoine, cherche un moyen d’évasion.

Tout en travaillant avec l’instabilité des structures, du rythme, de la répétition et de la forme, la pièce examine le futur, les résultats incertains ou possibles d’une situation et cherche des propositions plus imaginatives. En explorant la nature dynamique et transformative des choses, le résultat peut être non seulement le futur possible que nous désirons, mais peut être aussi celui que nous craignons. 

En s’engageant dans des propositions d’avenir possibles, nous créons un dialogue sur les nouvelles réalités et les relations sociales dans l’espoir de susciter une pensée critique et une réflexion sur l’avenir et la pratique actuelle.

« Car non seulement cette transformation en cours, on ne la perçoit pas, mais elle s’opère elle-même sans crier gare, sans alerter, « en silence »: sans se faire remarquer; sans vouloir nous déranger, alors même que c’est en nous qu’elle fait son chemin jusqu’à nous détruire. » -François Jullien

Durée: 30 minutes

Elle a grandi entre l’Israël et les États-Unis. Durant les 12 premières années de sa carrière de danseuse, elle a travaillé pour plusieurs compagnies internationales telles que: Batsheva Ensemble Dance Company, sous la direction d’Ohad Naharin ou encore Inbal Pinto & Avshalom Pollak Dance Company.

En 2010, elle déménage en Norvège où elle développe son travail chorégraphique tout en continuant de danser en tant qu’interprète pour d’autres projets. Elle chorégraphie dans diverses compagnies, et universités. Shi attache une importance particulière au travail de lumière, la vidéo et aux autres formes scénographiques.

Son écriture chorégraphique est assemblée avec soin et exactitude, en équilibre avec une forte physicalité et une complexité sans crainte. Son travail est marqué par une image visuelle nette et un vif sentiment de curiosité. Elle se focalise sur les questions inter-humaines et sociales tout en explorant la largeur dans laquelle la structure peut élever la liberté et vice versa.

Shi a collaboré avec des artistes du monde entier, des compagnies de danse, des musiciens et des cinéastes en Israël, Europe, Afrique, Scandinavie, Australie et aux États- Unis.

Depuis 2008, elle a créé sa propre compagnie Karlsen-Pratt, avec son partenaire Kyrre Heldal Karlsen, où ils produisent des oeuvres originales et présentent leurs collaborations.

En 2017, elle crée pour Resodancer Company le premier volet de la soirée « Subject #1 ».


Lieux de résidence et prêt de studio, Pôle en Scène, Klap maison pour la danse de Marseille, Théâtre le Croiseur 


  • Chorégraphe Shi Pratt
  • Musique Oystein Moen
  • Lumières Olivier Bauer
  • Danseurs Tristan Robilliard, Laura Lamy, Claire-Marie Ricarte, Ludovic Collura